La Chance est-elle à votre portée ?

blue-2309309_960_720

Un peu plus d’infos…..   la Chance est-elle à votre portée ?
La chance ou la malchance, ne nous tombent pas dessus par hasard ! On l’a longtemps cru, mais la bonne nouvelle c’est que c’était une erreur ! Nous pouvons construire notre propre chance, parce que la chance est quelque part un résultat !
Oui, je vous l’assure, la chance est le résultat de ce que nous avons pensé, d’abord, mais pas seulement ! Sans doute que cela vous paraît étonnant, parce que vous pensez à des fois où vous avez espéré la chance et où elle n’est pas venue ! Bien sûr, mais vous ne pensiez pas qu’à la chance, en même temps vous pensiez à autre chose….. Et c’est l’autre chose qui vous est arrivé, parce que vous avez donné inconsciemment, et sans le faire exprès, plus d’énergie à votre autre pensée ! Si… si…
J’ai dit aussi, mais pas seulement…. Bien entendu, il est nécessaire aussi d’agir. Vous connaissez sans doute l’expression :
 – « Il vaut mieux un con qui marche, qu’un intellectuel assis ».
Bref, si vous espérez la chance de toutes vos forces sans agir, elle sourira, mais de loin ! Si ça se trouve vous la verrez passer, mais vous n’aurez même pas le réflexe de tendre le bras !
Quand la Chance se présente, croyez-moi, c’est que nous l’avons invitée, nous l’attendions, nous nous réjouissions de sa venue, nous l’avons donc attirée à nous !  C’est le premier pas.
Réfléchissez un peu, c’est assez logique, si vous invitez un ami, il a plus de chance de venir que si vous ne l’invitez pas !
Cela ne dépend donc que de vous, La Chance, vous avez le droit d’y croire, il suffit que vous fassiez quelque chose pour qu’elle vienne à vous !
La première chose à faire évidemment :  C’est d’y penser ! Comment voulez-vous qu’elle vienne à vous si vous n’y pensez pas ?
Notre pensée est notre instrument le plus puissant. C’est notre pouvoir créateur !
Tout ce que nous avons pensé depuis le début de notre vie, nous avons fini par l’attirer en nous, autour de nous, en tant qu’expériences.
Il ne peut rien vous arriver si vous ne craignez rien ! Tout ce qui nous arrive est la concrétisation de pensées que nous avons eues, consciemment ou inconsciemment.
Je sais que c’est assez difficile à accepter par le raisonnement, mais c’est comme une loi à laquelle personne n’échappe. Que nous l’ignorions ou que nous en ayons connaissance, que nous y croyons ou pas, nous sommes soumis à cette loi créative de la pensée.
Savez-vous à quoi vous pensez toute la journée ?
Savez-vous que vous pouvez diriger vos pensées ?
Ou peut-être croyez vous les diriger ?
Si vous n’en êtes pas conscients, si vous ne faites pas attention chaque jour, à ce que vous pensez, si vous ne pensez pas de façon délibérée, alors vous ne dirigez pas vraiment vos pensées. 
Et il y a même sûrement à parier que parfois ce sont elles qui vous dirigent.
Elles vous envahissent de façon sournoise, et elles ne sont même pas vôtres. Vous ne les avez même pas choisies. Rassurez-vous, nous sommes tous soumis au même sort. Une grande partie de nos pensées sont « automatiques ». Jusqu’à ce que, tout à coup, nous décidions de nous intéresser de plus près, au pouvoir magique de la pensée. Jusqu’à ce que nous comprenions que c’est le but même de l’existence, qui se confond avec la science de la maîtrise des pensées. Le bonheur est au bout de ce chemin là.
Nous avons le pouvoir de nous faire du bien, comme celui de nous faire du mal. Jésus rappelait souvent à ses disciples, « il n’y a pas d’ennemi à l’extérieur, s’il n’y en a pas à l’intérieur ». Et Cela bien sûr concernait les pensées. Soit nous en subissons le pouvoir, soit nous prenons le pouvoir et nous les dirigeons. Au passage, nous ne manquons pas de nous apercevoir que nos pensées ne sont pas nous-même. Grande découverte que celle-là, phénoménale ! Car si nous pouvons changer d’idée, nous serons alors autre, nos comportements seront autres, mais nous serons toujours la même personne à l’intérieur, pourtant quelque chose d’imperceptible en nous aura évolué. Nous serons meilleurs ou pire selon la pensée que nous aurons adoptée. 
Nous ne pouvons espérer faire quelque chose de notre vie, si nous ne savons pas conduire nos propres pensées.
« Penser est tout un art ! Vivre en est un plus grand encore, s’il s’agit d’être responsable et conscient de produire du bonheur ! »  Zora James
Pour changer quelque chose dans notre vie, il est nécessaire que nous ayons un objectif, et un plan précis.
Etes vous déjà allé quelque part en voiture sans regarder quelle direction vous prenez ? C’est très déstabilisant. Si vous en avez déjà fait l’expérience, ce n’est drôle que quelques heures, nous ressentons en nous, impérativement le besoin de nous orienter !
Bizarre que nous ne nous soyons pas rendus compte que c’est la même chose avec nos pensées.  Si nous n’avons pas de plan, si nous ne savons pas vraiment ce que nous pensons, nous sommes « fatigués », « désorientés », « démoralisés ». Rien de plus normal !
Quand nous commençons à en prendre conscience, nous sommes parfois « épouvantés » devant le chantier que nous avons à mettre en ordre en nous !
Nous avons parfois peur de nous même, nous ne sommes jamais encore descendus dans les profondeurs de notre être, et pour finir, nous hésitons. Avons-nous vraiment le temps de le faire, et puis qu’allons-nous trouver ?
Prenons un exemple :
- Si nous comparons nos pensées à un attelage de chevaux. On va dire que parfois nos pensées, sont comme des chevaux fous. Parfois elles nous dépassent, quand elles se mêlent aux sentiments, elles deviennent incontrôlables, et nous ne savons pas quoi faire ! Nous devons alors nous faire « violence ». Nous avons l’impression que si  nous ne les « dressons pas », si nous ne leur apprenons pas à obéir, et à nous conduire, là où nous avons décidé d’aller, elles nous emmèneront au ravin ! Et nous sommes parfois bien tristes, de ne pouvoir en être maîtres, nous regrettons des choses, nous avons l’impression de nous en vouloir à nous-mêmes ! Nous perdons parfois espoir en nous-même, nous nous confondons avec nos pensées !
Personne ne songerait à faire démarrer un attelage de chevaux, en pleine circulation, s’il n’a jamais appris à le conduire. Personne ne songerait qu’il n’y a pas de danger !  Par précaution et naturellement, il tenterait au moins d’aller faire connaissance avec les chevaux. Ensuite, il tenterait de conduire l’attelage avec douceur, par bon sens.
Mais en ce qui concerne nos pensées, il semble que nous oublions tout bon sens. Nous avançons à l’aveugle, sans chercher vraiment à savoir d’où viennent certaines des pensées qu’on nous envoie.  Nous adoptons le sens commun, sans le mesurer à notre impression naturelle, nous faisons confiance à la mode, à ce qui est communément admis, alors qu’il s’agit de notre propre vie, du bien le plus précieux que nous possédons sur cette terre.
Nous, nous conduisons comme un enfant qui ignore la puissance des chevaux, et nous tirons sur les rênes à hue et à dia, sans hésiter un seul instant, pour ensuite nous plaindre de l’injustice de la vie, comme si nous étions de pauvres Caliméros !
Nous oublions de nous réjouir d’avoir reçu un si bel attelage, pour véhicule. Nous oublions de nous extasier du cadeau, parce que nous ne le voyons pas. Nous sommes trop aux prises avec notre impuissance, pour nous émerveiller de la puissance. Nous pensons et oublions en même temps que la vie est un jeu, dont nous devons au moins connaître les règles, si nous voulons avoir l’air de quelque chose dans le puzzle géant qui s’inscrit tous les jours, comme histoire du monde.
Nous, nous asseyons donc sur le siège « cocher », et  nous nous ruons sur l’autoroute de la vie, avec un seul but, impératif urgent :  Essayer de la gagner ! Mais nous arrivons avec des chevaux fous, qui n’ont jamais été apprivoisés, et qui foncent tête baissée !
Tout ce qui nous arrive, que nous ne pouvons expliquer, nous l’attribuons au hasard, chance ou malchance, ou bien à Dieu, ou bien au diable !
C’est dire à quel point, nous prenons en main notre Vie !
Forcément, nous vivons dans la peur,
Nous croyons que la vie est une jungle, qu’elle est un combat.
Soit, dit le génie de la Lampe, elle le sera !
Nous avons oublié la Magie de la Vie !
La Vie est magique, c’est sa principale essence !
Nous sommes tous, et chacun détenteurs d’un trésor formidable, la grotte fantastique est en nous, mais nous avons perdu la clef….Il y a aussi certains mots à prononcer, dans le silence,
Le «  Sésame ouvre toi » vous remplira les yeux de joie, car alors la porte de vos trésors s’ouvrira. Et vous pourrez être tout ce que vous voulez être depuis toujours.
C’est l’intérieur qui conditionne l’extérieur !
Mais c’est bien connu, on nous a appris à croire aux apparences !
Vous pouvez croire aux apparences, car elles apportent aussi leur content de vérité ! Mais il faut que l’œil soit exercé. La Vérité est aussi cachée que visible !
Il y a un mystère en vous. L’avez-vous résolu ?
« La Vie est une énigme que nous devrions avoir plaisir à résoudre, parce que la joie est la plus grande puissance qui est à notre service, elle peut faire des miracles ». Zora James.
Comme c’est formidable, une énigme à résoudre. Souvenez-vous enfant, l’excitation, la joie que nous éprouvions, quand nous faisions un jeu de pistes, avec nos copains.
C’est le même sentiment que vous devriez ressentir aujourd’hui, quand vous aurez décidé de vous accorder Cette chance là !
Vous avez le pouvoir, de vous donner dix jours « incroyables », dix jours différents, dix jours où vous allez avoir enfin,  rendez-vous avec vous-même .
C’est le plus beau rendez-vous que vous puissiez avoir. Qui est la personne la plus importante pour vous, sur cette terre ? Sur qui pourrez-vous toujours compter, jusqu’à la fin de vos jours ?
Si vous ne trouvez pas la réponse, eh bien, je vous la donne : C’est Vous.
Aucun rendez-vous n’est aussi important que celui-là. Même si on vous a appris à ne pas faire cas de vous-mêmes, à ne pas vous écouter, à ne pas vous regarder dans la glace (des fois que vous deveniez orgueilleux), je vous annonce aujourd’hui que c’était une grave erreur. Parce que vous n’avez que Vous, pour réussir quelque chose, vous êtes la première personne et la dernière, La seule personne qui peut réellement quelque chose pour Vous, c’est Vous. 
Certains disent qu’ils ne s’aiment pas ! Quelle tristesse ! Etre obligé de passer toute sa vie avec quelqu’un qu’on n’aime pas ! Quelle absurdité de ne pas oser s’aimer, ou vouloir s’aimer, impossible d’être heureux déjà pour commencer ! Le sens de la vie, porte bien son nom, retrouver le sens, c’est d’abord se rendre compte qu’il est nécessaire de réfléchir à tout ce qui va nous aider, à tout ce qui va nous servir à passer le temps que nous avons à être sur cette terre, de façon fantastique, merveilleuse, mais surtout en bonne compagnie !
Alors première chose, décidez de vous accorder le bénéfice de votre propre amitié !
Soyez un peu plus tolérant, bienveillant, sympa avec vous même ! Commencez comme cela, vous verrez déjà votre humeur changera !
A bientôt, je serai ravie de faire peut-être bientôt votre connaissance !
Amicalement
ZORA JAMES

2 thoughts on “La Chance est-elle à votre portée ?

  1. Merci Pour votre aide précieuse…Le pouvoir des pensées : je suis complétement d’accord et je suis contente de retrouver votre contact que j’avais découvert avec J; Salomé en 2008/2009. merci pour vos chansons qui sont d’une grande aide et d’un accompagnement quotidien.

    • Chere Sandrine,

      Merci de votre commentaire que je découvre maintenant.
      Je suis en concert le 3 décembre à Aywaille pour présenter mon nouveau concert aux accents celtiques,
      peut-être nous verrons nous ?
      vous pouvez trouver les infos sur la page facebook, de mon site officiel,
      ou sur le site
      à bientôt peut-être

      Chantal EDEN
      04752 125 475

Répondre à zora james Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>